[Prévention] Moustique tigre

Des animations pédagogiques de sensibilisation.

Depuis 2019 l’association Carrefour des Sciences et des Arts, en partenariat avec le réseau GRAINE et l’Agence régionale de santé (ARS), a suivi un parcours officiel de formation afin d’animer, dans le département du Lot, des ateliers de prévention sur le thème du moustique tigre.

Les animations pédagogiques de lutte anti moustique tigre ont pour objectifs de sensibiliser le tout public, ainsi que les professionnels de santé, aux problématiques de santé et d’environnement liées à la prolifération du moustique tigre dans notre région Occitanie.

En effet, le moustique tigre (aedes albopictus) est désormais implanté et actif dans les treize départements de la région Occitanie, dont le Lot (depuis 2015). La prolifération du moustique tigre est très surveillée par l’ARS car cette espèce est vecteur des virus graves comme le chikungunya, la dengue et le zika. Sa présence a été signalée le long de la vallée du Lot, dans des lieux touristiques ainsi que dans les milieux urbains (Cahors, Figeac, St Céré, Gourdon, Souillac, etc). Il est donc essentiel de savoir le reconnaître afin d’adopter les bons réflexes pour éviter sa propagation (entre 2015 et 2019, 39 communes du Lot étaient colonisées soit près de 40% de la population lotoise exposée).

Depuis 2019 notre association (Carrefour des Sciences et des Arts) assure 12 demi-journées de prévention par an. Le but de ces animations est d’informer le public sur les risques sanitaires, les gestes à avoir pour éviter que le moustique s’installe et surtout signaler la présence du moustique tigre dès que l’on suspecte d’en avoir vu. Durant ces animations pédagogiques seuls les médiateurs scientifiques formés peuvent intervenir. Les formations officielles sont assurées par le réseau GRAINE (Réseau Régional d’Éducation à l’Environnement auquel est affiliée notre association). L’ensemble des animations sont financées par l’Agence Régionale de Santé qui référence et répertorie la présence du moustique tigre via le site internet signalement-moustique.anses.fr, ce qui permet d’observer la progression de la présence du moustique. Notons que le département du Lot participe sur le terrain à la campagne de piégeage des moustiques.

Lors des animations, le public apprend à reconnaitre le moustique tigre (sa morphologie, sa biologie, son cycle de vie). Du matériel d’observation est mis à disposition (binoculaire, loupe, mini zoom) afin d’observer de plus près ses particularités. Nos médiatrices donnent des conseils et informations afin d’éviter la présence de moustique tigre chez soi et donnent les consignes liées aux gestes de prévention et de protection. Des documents officiels de l’ARS sont mis à disposition et permettent de trouver les contacts pour signaler la présence de moustique tigre, connaitre les maladies dont le moustique tigre est vecteur, connaître les acteurs du dispositif de lutte antivectorielle.

Comment distinguer le moustique tigre des autres espèces de moustiques ?

Le moustique tigre se distingue par son allure tigrée, blanc et noir. Il a des points blancs à chaque articulation et est remarquable par une ligne blanche sur la tête et le thorax. Très petit (plus petit qu’une pièce d’un centime) il n’est donc pas si facile de l’observer minutieusement sans matériel d’observation adapté.

Cycle de vie du moustique tigre

Les moustiques tigre ont une phase de développement aquatique (larves et nymphes) de 7 jours minimum. Chaque femelle moustique a une espérance de vie de 3 semaines et pond jusqu’à 100 œufs par ponte. Le moustique tigre ne vole pas très loin, seulement à 150 ou 200 mètres du point d’eau où il est né. Si on repère un moustique tigre chez soi cela veut donc dire qu’il est né chez nous ou dans un espace très proche !

Le moustique tigre vecteur de maladies

Le moustique tigre est vecteur de maladies ayant des conséquences graves sur la santé (chikungunya, zika, dengue). Des symptômes tels que fièvre et douleurs articulaires (pour le chikungunya), fièvre et maux de tête (dengue), fièvre et éruptions cutanées (zika). Pour transmettre ces maladies, le moustique tigre doit piquer une personne malade. C’est ainsi qu’il se contamine, et lors d’une nouvelle piqure, transmet à son tour le virus à une nouvelle personne qui était saine. C’est ainsi que l’on parle de “vecteur” car le moustique transporte le virus. Il y a déjà eu un cas de personne contaminée dans le Lot (personne qui n’avait pas voyagé dans des zones tropicales). Cela veut dire qu’une chaîne de contamination peut commencer. La prudence et la vigilance sont donc nécessaires.

Les bons gestes !

Priorité numéro 1 > faire la chasse à toutes les eaux stagnantes autour de nos lieux d’habitation. Cela inclut de ne pas laisser l’eau de plantes et fleurs dans les soucoupes, de vérifier le bon écoulement des eaux de pluie et des eaux usées (gouttières, regards, caniveaux), de couvrir les réservoirs d’eau, de couvrir les piscines hors d’usage, etc. N’oubliez pas qu’il est minuscule et peut s’installer partout.

Pour se prémunir des piqûres pensez aux lotions anti-moustiques, portez des vêtements amples et couvrants, dormez avec une moustiquaire, utilisez des diffuseurs insecticides ou des serpentins.

Mieux connaître c’est posséder de bons réflexes. Sans être alarmistes, soyons vigilants !

Pour plus d’informations sur les prochaines animations, contactez-nous au 05 65 22 28 14 (Demandez Magali Constant)

www.occitanie.ars.sante.fr

www.solidarites-sante.gouv.fr

www.santepubliquefrance.fr

Les commentaires sont fermés